18 août 2021

Afghanistan : « A nation stays alive when its culture stays alive »

L'art autrement
par Marie-Amandine Brunelle

« A nation stays alive when its culture stays alive ». Cette phrase, affichée (cf. photo ci-contre) puis gravée dans la pierre à l’entrée du musée national afghan à Kaboul, est devenue la devise du musée. 

Que faire face à l’horreur en Afghanistan ? Du côté de l’art et des musées, à priori pas grand chose. Mais parler de la culture et des richesses patrimoniales de ce pays nous permet de ne pas oublier que l'Afghanistan est une grande terre d’histoire dont l’identité est loin de se réduire aux talibans et aux valeurs inhumaines qu’ils véhiculent. 

Situé sur la route de la soie, au cœur des échanges commerciaux entre la Chine et l’Occident, l’Afghanistan possède un patrimoine culturel riche et varié, dû aux influences des différentes civilisations qui ont vécu ou transité par le pays. Le caractère multiculturel fait partie et est même constitutif de l’histoire et de l’identité de l’Afghanistan.


Trois sites patrimoniaux majeurs afghans

1.Les deux Bouddhas de Bâmiyân

Edifiés entre 300 et 700 ap. J.-C., mesurant respectivement 55 et 38 mètres, ces deux sculptures monumentales ont été détruites en mars 2001 par les talibans, quelques mois avant les attentats du World Trade Center. 

« Acte de destruction délibéré, motivé par une idéologie extrémiste visant à détruire la culture, l'identité et l'histoire, la perte des Bouddhas a révélé comment la destruction du patrimoine pouvait être utilisée comme une arme contre les populations locales. »

Ernesto Ottone R., Sous-directeur général de l'UNESCO pour la culture, 11 mars 2021

Ces deux Bouddhas se trouvaient à Bâmiyân, une vallée située à l’est de l’Afghanistan. Sculptés directement dans les falaises, ils intégraient diverses influences culturelles pour former l’école d’art bouddhique du Gandhara. Autour d’eux, dans les falaises également, de très nombreuses grottes, formant un vaste ensemble de monastères, de chapelles et de sanctuaires bouddhistes datant du IIIe au Ve siècle sont toujours visibles, et dans certaines se trouvent des vestiges de peintures murales. Ces vestiges constituaient l'un des plus importants centres bouddhistes sur la route de la soie, témoignant des influences indienne, hellénistique, romaine et sassanide, qui ont servi de base au développement de l'école du Gandhara. 

Cela fait cette année vingt ans que les deux Bouddhas ont été détruits. Le musée Guimet leur rend hommage avec l’exposition « Des images et des hommes », que vous pouvez visiter jusqu’au 18 septembre 2021.

Un autre hommage à ces sculptures monumentales leur avait été rendu dans ce même musée, cette fois par Prune Nourry (dont Marie vous avait parlé dans l'un de nos Apéros Arty), dans son exposition « Holy » en 2017 : dans les salles du musée apparaissaient les fragments d’un Bouddha monumental conçu in situ par l’artiste et dont le pied géant, installé dans la cour khmère, introduit le déploiement vertical du corps du Bouddha, la tête se trouvant au dernier étage, sous la rotonde. 


2. Le Minaret de Djam

Chef-d’oeuvre architectural inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO qui n'a été redécouvert qu'à la fin du XIXe siècle, ce minaret fut édifié en 1194 sous le sultanat de Ghiyas-od-din. S’il est aujourd’hui loin de toute ville (il se trouve à 1900 mètres d’altitude), il était au moment de sa construction dans la ville de Firuzkoh, capitale de la dynastie Ghoride. Haut de 65 mètres, le minaret est décoré de briques formant un réseau ornemental complexe et d’une frise décorée d’inscriptions en céramique turquoise à la gloire du sultan. Il témoigne de l’ingéniosité et du talent des artistes au travail à cette époque en Asie Centrale, et influença d’autres réalisations jusqu’en Inde. 


3. La Grande mosquée du vendredi ou Mosquée bleue à Hérat 

Edifiée en premier lieu au XIe siècle, la mosquée a été à plusieurs reprises détruite puis reconstruite. Impressionnante par sa taille et son décor de faïence émaillée bleue, la Grande mosquée du vendredi est une des réalisations architecturales les plus impressionnantes d’Afghanistan. Son plan, composé d’une grande cour autour de laquelle s’articulent des iwan (salles voutées) et un grand pavillon à coupole, est caractéristique de la tradition seljoukide arrivée d’Iran. 


Tillia Tepe: l'histoire romanesque d'un trésor

L’histoire de ce trésor, ou plutôt l’histoire de sa sauvegarde, est assez extraordinaire. Il s’agit d’un trésor composé de 21 000 pièces découvert en 1978 lors de fouilles d’un tell de l’âge de bronze. Issus de six sépultures, beaucoup des éléments sont des bijoux en or turquoise et lapis-lazuli d’un grand raffinement.

Un des objets les plus impressionnants est la Couronne à décor d’oiseaux retrouvée dans la tombe n°6, sépulture d’une jeune femme. Elle présente un décor impressionnant d’oiseaux et d’arbres. Ces sépultures sont celles de nomades, et cette couronne en témoigne : elle avait été conçue pour pouvoir être démontée afin d’être facilement transportable.

Ce trésor fut découvert tout juste avant l’invasion de l’Afghanistan par l’URSS en 1979 qui ne permit pas de continuer les fouilles. La situation du pays se dégradant, les responsables du musée national de Kaboul proposèrent en 1988 au président Mohammed Nadjibullah de transférer une partie des oeuvres du musée, dont le trésor de Tillia Tepe, dans un lieu sécurisé. On a alors cru le trésor perdu pour toujours, tant le secret était bien gardé. Il ne réapparut qu’en 2003. A ce moment là et jusqu’en 2015, le trésor part faire le tour du monde, en commençant par le musée Guimet à Paris. A l'issue de cette "tournée" mondiale, le trésor devait retourner à Kaboul dans le nouveau musée national afghan, dont une grande partie des collections a été détruite, mais ce retour est retardé du fait de la situation instable du pays et du risque de destruction des objets.


Et à Paris, où découvrir l’art afghan ?

Au Louvre, et dans plusieurs départements du musée : dans le département des antiquités orientales d’abord, la Princesse de Bactriane, statuette votive de divinité féminine, datant  du début du IIe millénaire av. J.‑C. est un chef-d’oeuvre du musée. 

Dans le département des arts de l’Islam, le Louvre conserve un petit ensemble de céramiques de la ville fortifiée de Shahr-e Gholghola, dans la vallée de Bâmiyân (dans la même vallée où se trouvaient les Bouddhas monumentaux).

Le Louvre conserve également de belles pages de miniatures persanes provenant de la ville d'Hérat (où se trouve la Mosquée Bleue), qui fut un des plus grands centres d’enluminure, et ce à partir du XVe siècle. La page représentant Le prince Humay rencontre en rêve la princesse Humayun, peinte vers 1430-40 est une merveille de raffinement. Dans un jardin clos par une balustrade rouge, le prince Humay voit apparaître la princesse Humayun dont il est tombé amoureux. La scène, tirée d'un roman en vers du poète Khwaju Kirmani est un classique de la poésie arabe et persane.

Au musée Guimet : Parmi les chefs-d’oeuvre de l’art afghan du musée, vous pouvez admirer des hauts-reliefs en stuc comme le Bodhisattva Maitreya, « le génie d’André Malraux » (IVe – Ve siècle, stuc, 55 x 34 x 19 cm), provenant de la collection d’André Malraux ou le Génie aux fleurs (IVe-Ve siècle, stuc). Tous deux, caractéristiques du style Gandhara, mêlent influences hellénisantes et indiennes dans la forme et des ateliers gréco-romains d'Alexandrie dans la technique du stuc.

3 comments on “Afghanistan : « A nation stays alive when its culture stays alive »”

  1. Aperçu intéressant et pertinent sur le patrimoine Afghan qui possède en effet de magnifiques œuvres.

  2. J'ai passé un bon moment à lire votre article. On y découvre de belles choses. Merci beaucoup.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents

26 novembre 2021
Françoise Gilot a 100 ans

Françoise Gilot, qu'on connait surtout pour avoir été la compagne de Picasso pendant 10 ans, est aussi et surtout peintre. […]

3 novembre 2021
5 livres pour parler de l’art et des musées aux enfants

Pour emmener des enfants au musée ou pour prolonger une visite, rien de mieux qu’un (ou plusieurs) joli.s livre.s ! […]

7 octobre 2021
Sébastien Mehal à la Galerie Simon Madeleine

D’apparence minimaliste et majoritairement monochrome, les peintures de Sébastien Mehal révèlent également un message symbolique en prise avec la réalité. […]

© 2020 - ma-tisse - Tous droits réservés
home linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram