20 septembre 2021

Histoires de peintures et de fromage, ça vous tente ?

L'art autrement
par Marie Camus

A priori aucun lien entre un musée et un fromage … Et pourtant, il est amusant de retrouver des représentations de fromage dans des natures mortes du XVIIe siècle ou dans les peintures surréalistes de Magritte. Le thème de la nourriture s'avère être un véritable sujet dans l’histoire de l’art, qu’il s’agisse des natures mortes, des scènes de genre ou des scènes de déjeuner.

Clara Peeters (Anvers, vers 1581 - La Haye, vers 1657), Nature morte aux fromages, artichauts et cerises, huile sur panneau, 33.34 × 46.67 cm, Los Angeles, LACMA

Aujourd’hui, une simple banane scotchée au mur se vend à 120 000 de dollars (œuvre de Mauricio Cattelan de 2019 dont Emmanuelle vous a parlé dans l’Apéro Arty sur le marché de l’art « Pourquoi ça coûte si cher ? »). La nourriture dans l’art est donc toujours bien d’actualité, entre représentation, présentation et scandale. L’un des artistes à l’origine de ce courant appelé le Eat art est le plasticien suisse Daniel Spoerri (né en 1930). Intégré dans les années 60 parmi les Nouveaux Réalistes, Daniel Spoerri transforme les galeries en restaurants pour faire du repas un moment de vie et de création dont les restes de nourriture font œuvre. Les tables ainsi que les assiettes et les restes des plats sont ensuite conservés et  accrochés à la verticale au mur de la galerie. Aujourd’hui ces « tableaux pièges » font partie des plus grandes collections nationales comme celle du Centre Pompidou.

Dans la carrière de Daniel Spoerri une œuvre correspond tout à fait à notre sujet : c’est le « Piano Emmental » créé en 1989. Ce piano est peint en trompe l’œil pour reprendre les trous de l’emmental. L’œuvre peut être sonore et se transformer en véritable performance si un pianiste habillé du costume de Mickey Mouse vient y jouer quelques notes.

C’est exactement ce qui s’est passé le 27 février 2020 dans le cadre de l’exposition « Viva Gino, une vie dans l’art » aux Abattoirs de Toulouse. Pour comprendre l’origine de cette œuvre, il faut savoir qu’il s’agit d’une commande du collectionneur italien et ami de l’artiste : Gino Di Maggio (né en 1940).

Gino Di Maggio a ouvert l'une des premières fondations d’art contemporain en Italie - Fondation Mudima - et pour l’exposition inaugurale de 1990, il a demandé aux artistes de détourner un piano. Pourquoi le piano ? Parce que Gino Di Maggio est un collectionneur mais aussi un grand mélomane amateur de piano !

Daniel Spoerri se prête à l’exercice et décide non plus de sculpter dans du sucre ou du pain comme il avait l’habitude de le faire mais d’utiliser le piano pour le peindre en formage. La forme triangulaire de l’instrument conditionne le choix de l’aliment.

Mickey Mouse fait quant à lui référence à la première exposition personnelle de l’artiste en galerie (en 1961 à la Galerie Shwarts à Milan) où ses œuvres comestibles furent finalement grignotées par les rats… Pour les derniers jours de l’exposition de 1961, Daniel Spoerri avait indiqué que les œuvres étaient faites « en collaboration avec les rats ». Le « Piano Emmental » est donc une création née de la rencontre entre un collectionneur, une passion de la musique et un artiste préoccupé par la nourriture dans tous ses états.


Daniel Spoerri est aujourd’hui reconnu comme un membre du groupe Fluxus qui bouleverse les notions d’œuvre d’art et intègre l’art à la vie. Ses "tableaux-pièges" ou ses "Eat Art Gallery" donnent l’occasion de réfléchir aux aspects sociaux, culturels et symboliques de la nourriture.

Photo : © Florian Dupasquier

Si vous désirez en savoir plus sur l’œuvre et en découvrir des nouvelles, inscrivez-vous à notre conférence dégustation du 24 septembre 2021 à 18h30 « Histoire de peintures et de fromages ».

Nous interviendrons avec notre partenaire Pierre le Fromager : vous bénéficierez de ses conseils pour déguster les fromages évoqués. Partageons pour le plaisir des yeux et des papilles !

Référence de l'œuvre évoquée : Daniel Spoerri (1930), Piano Emmental, 1989, Piano peint, Collection Gino Di Maggio 

Articles récents

7 octobre 2021
Sébastien Mehal à la Galerie Simon Madeleine

D’apparence minimaliste et majoritairement monochrome, les peintures de Sébastien Mehal révèlent également un message symbolique en prise avec la réalité. […]

30 septembre 2021
5 expos à voir à Paris cet automne

Voilà encore une belle saison d’expositions qui saura largement occuper les week-ends pluvieux de l’automne qui commence !  1. Georgia […]

20 septembre 2021
Histoires de peintures et de fromage, ça vous tente ?

A priori aucun lien entre un musée et un fromage … Et pourtant, il est amusant de retrouver des représentations […]

© 2020 - ma-tisse - Tous droits réservés
home linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram